Archives de Tag: Billy Wilder

Lady in a cage, Une femme dans une cage, avec Olivia De Havilland

Un chien écrasé au milieu d’une rue entourée de maisons bourgeoises. Dans l’indifférence la plus totale, les voitures passent. Nous sommes le 4 juillet, jour de la fête nationale aux États-Unis et tout le monde veut voir les festivités. Le chien, il y aura bien quelqu’un pour s’en occuper. Dans l’une de ces grandes maisons, un vieux jeune homme de 30 ans profite de ce long week-end pour fuir sa mère envahissante et possessive en allant rejoindre sa petite amie. Malcom Hyliard (William Swan) a tenté en vain de sortir des griffes de Cornelia (Olivia De Havilland), sa mère. En guise de note, il lui laisse une lettre lui expliquant qu’il commettra l’irréparable si elle ne lui laisse pas vivre sa vie comme il l’entend. Cette lettre, sa mère doit tomber dessus après qu’il soit parti. Mais l’ascenseur de la maison, installé après que Cornelia se soit cassé la hanche, tombe en panne alors qu’elle monte au premier étage. Il n’y a plus personne dans la maison et Cornelia est bloquée. Elle sonne l’alarme mais dans le brouhaha du 4 juillet, personne ne prend la peine d’aller voir ce qui se passe. Un clochard alcoolique (Jeff Corey) finit par entendre l’alerte. Mais en entrant dans la maison, il préfère voler des objets plutôt que libérer Cornelia. Il y a d’ailleurs un beau butin à partager dans cette demeure. Il appelle donc une vieille pute éméchée (Ann Sothern) pour l’aider à piller la maison. Mais un trio de jeunes délinquants (James Caan, Rafael Campos, Jennifer Billingsey) suivent les deux voleurs afin d’avoir aussi leur part du gâteau. Enfermée dans sa cage, Cornelia assiste impuissante au pillage de sa maison par ces cinq voleurs. Mais les plus jeunes feront preuve d’une violence extrême envers elle. De jeux sexuels sadiques à de la cruauté gratuite, allant jusqu’au meurtre, rien ne sera épargné à Cornelia.

Bien que réalisé en 1964, Une femme dans une cage (Lady in a cage) n’a pas pris une ride et est toujours aussi effrayant. Certes, la violence n’a pas d’âge mais le spectateur des années 2010 peut être étonné de la crudité de sa représentation dans ce film de Walter Grauman. Cette violence s’explique par le fait que les studios de cinéma, en difficulté face à l’explosion de la télévision, n’hésitaient plus à montrer des scènes extrêmes pour se démarquer des programmes télés. Qu’est-il arrivé à baby Jane ? (1962) de Robert Aldrich a ouvert la brèche aux films sadiques dans laquelle s’est engouffré Une femme dans une cage. On peut comparer ces films dans le fait que des stars hollywoodiennes ayant brillé dans les années 30/40, telles que Bette Davis, Joan Crawford et Olivia De Havilland, n’hésitent pas à casser leur image en se montrant dans des scènes dégradantes. Ces grandes dames savaient prendre des risques et n’ont rien à voir avec nos stars actuelles qui, dès qu’elles entrent dans la cinquantaine, n’ont plus qu’à nous offrir des sourires figés massacrés par des chirurgiens. Une femme dans une cage avait été proposé en premier lieu à Joan Crawford mais son calendrier ne lui permettait pas de l’accepter. Olivia De Havilland fait merveille dans ce rôle de femme torturée et apeurée mais où, dans le fond, elle est aussi une mère égoïste qui a étouffé son enfant toute sa vie. On est loin de l’image que nous avons tous en tête de l’adorable, voire insipide, Mélanie Hamilton d’Autant en emporte le vent (1939). De Havilland se fait vraiment malmener dans ce film jusqu’à se faire roter à la figure par Randall Simpson O’Connell (James Caan). James Caan, si l’on excepte une brève apparition dans Irma la douce de Billy Wilder, fait une entrée fracassante au cinéma dans le rôle de ce jeune délinquant. Tout comme un Marlon Brando, Caan est la bestialité incarnée. Une femme dans une cage ose montrer une bande de voyous drogués, dégénérés et cramés au point de se foutre de finir sur la chaise électrique. Ce film glacial met en avant une société égoïste, violente et de plus en plus indifférente.

Outre les acteurs, la réussite de ce film vient de la photographie de Lee Garmes et de la mise en scène oppressante de Walter Grauman. Réalisateur dont la carrière est difficile à suivre puisqu’il a surtout réalisé des téléfilms et des épisodes de séries telles que Les rues de San-Francisco ou encore Columbo. Dès le générique, qui fait penser au travail d’un Saul Bass : Grauman instaure un climat aussi pesant et désagréable. La musique de Paul Glass y est pour beaucoup. Glass a composé un jazz baroque dissonant et atonal qui donne au film une atmosphère encore plus claustrophobe. Musique qui vient enfin d’être éditée pour la première fois en cd sur le label Kritzerland.

On ne sort pas indemne de la vision d’Une femme dans une cage. Que vous soyez pessimiste, ce film vous confortera dans votre vision noire de la société. Que vous soyez optimiste, vous essaierez probablement de vite l’oublier sans y parvenir. Que vous soyez cinéphile, vous le rangerez religieusement aux côtés de Délivrance (1972) de John Boorman ou du film Les chiens de pailles (1971) de Sam Peckinpah.

Publicités

Un Bonheur n’arrive jamais seul, film de James Huth

Lui, c’est Sacha (Gad Elmaleh). Sa vie c’est son piano, ses potes, sa boite de jazz dans laquelle il joue tous les soirs. A plus de quarante ans, Sacha vit comme un étudiant et ses amours se résument à juste une nuit dans les bras d’une étudiante. Sacha ne vit que pour l’instant présent et ne pense jamais aux lendemains. Elle, c’est Charlotte (Sophie Marceau). Une vie bourgeoise, deux mariages, trois enfants et une fondation d’Art contemporain à gérer. Elle ne vit plus avec son dernier mari mais c’est le prix à payer pour conserver la garde de ses enfants. Sacha, éternel adolescent détestant les enfants, n’aurait jamais du rencontrer Charlotte. Charlotte, femme mure et femme d’argent n’aurait jamais du rencontrer Sacha. Mais le hasard en a décidé autrement et Sacha et Charlotte vont vivre une grande histoire d’amour dans laquelle ils devront accorder leurs violons avant de pouvoir nager dans le bonheur.

C’est avec un sujet aussi révolutionnaire que James Huth (Brice de Nice, Hellphone) tente de redonner des lettres de noblesses à la comédie romantique en réalisant Un bonheur n’arrive jamais seul. Sophie Marceau et Gad Elmaleh ont été les heureux élus pour tenir sur leurs épaules cette histoire à l’eau de rose. Casting pas si idiot quand on sait que Sophie Marceau a su finalement bien capitaliser son rôle de Vic dans La Boum (1980). En effet, même si Un bonheur n’arrive jamais seul n’est pas une suite directe du film de Claude Pinoteau, le spectateur a toujours l’impression de voir la petite Vic grandir. Le pari de James Huth est donc de placer son nouveau film dans la continuité de L’Étudiante (1988) et de Lol (2009). De l’autre côté, comment ne pas réussir son film quand Gad Elmaleh, personnalité préférée des français, donne la réplique à Sophie Marceau ?

Lors d’un clash entre Sophie Marceau et Jean-Marie LePen en 2008, ce dernier avait rétorqué que « cette petite péronnelle cultive le navet avec assez de réussite ». En voyant Un bonheur n’arrive jamais seul, on ne peut donner tort à l’ancien leader frontiste en s’apercevant qu’il aurait été un bien meilleur critique de cinéma qu’homme politique. En effet, le bonheur ne respire jamais dans cette comédie. On se demande si un jour le cinéma français attrapera le rythme des comédies américaines de Capra, Lubitsch et Wilder qui ont inventé la grammaire très stricte des comédies sentimentales. Ces comédies avaient des dialogues ciselés qui fusaient que l’on ne retrouve à aucun moment dans le film de Huth. En bon flemmard, le réalisateur accumule les plans sur les yeux pétillants et les dents blanches des acteurs principaux au lieu d’inventer des situations surprenantes et d’écrire des dialogues craquants. Dans Un bonheur n’arrive jamais seul, on passe d’un cliché à un autre et le spectateur passe rapidement en vitesse de croisière. Afin de ne pas nous brusquer, Gad Elmaleh refait ses shows à l’écran comme si passer de la scène à l’écran ne faisait aucune différence. Nos deux amoureux sont en plus épaulés par une galerie de seconds rôles insignifiants et prévisibles. François Berléand ne se décarcasse pas trop à faire du François Berléand et Maurice Barthélemy, réalisateur du catastrophique Low Cost (2011), nous montre qu’on peut être aussi mauvais derrière que devant la caméra.

Mais ne soyons pas trop méchant. Tout n’est pas à jeter dans Un bonheur n’arrive jamais seul car Sophie Marceau est belle. Sophie Marceau vieillit vraiment bien. Sophie Marceau a des fesses sublimes. Et comme le chantaient Julien Clerc et Alain Souchon, Sophie Marceau a des seins magnifiques. Espérons que pour ses prochains films elle fera de bons choix et ne donnera pas raison à un homme politique qu’elle méprise.