Archives de Tag: Lenox

Harcelée : un polar de Jason Starr

Katie Porter, jeune provinciale de Lenox Massachussetts, a vraiment du mal à s’adapter à sa nouvelle vie New-Yorkaise. Certes, elle a toujours rêvé de partir de sa petite bourgade natale mais la vie dans la grosse pomme n’est pas si idyllique que ça. Tout d’abord, son patron est un vieux dégueulasse qui n’arrête pas de la reluquer en lui faisant des réflexions déplacées sur sa tenue vestimentaire. De plus, ses copines sont vraiment égoïstes et ne parlent que d’elles-mêmes sans être à l’écoute de ses petits tracas. Et puis surtout, Katie n’arrive pas à trouver le petit copain idéal. Certes, il y a bien Andy, mais il est un peu lunatique à ses yeux. Certains soirs, il est vraiment adorable et d’autres, il est odieux. En tout cas pour Katie, hors de question de coucher dès le premier soir et de se faire encore avoir par un type qui ne pense qu’au cul et qui veut essayer des positions qu’il a vu dans un film porno. Alors, lorsque que Katie a le cafard, deux solutions s’offrent à elle. La première est d’aller faire chauffer la carte bleue en achetant des trucs inutiles dans les magasins de fringues. Mais la vie à New-York est suffisamment chère pour que Katie doive faire attention à ses finances et ne pas finir dans le rouge. La deuxième est d’aller se défouler dans son club de gym ce qui lui permet de garder la ligne. C’est d’ailleurs dans son club qu’elle retombe sur un employé fraichement embauché qu’elle connait, Peter Wells. Elle a de vagues souvenirs de Peter puisqu’il trainait dans l’entourage de sa grande sœur lorsque celle-ci était encore toute petite. Il a bien changé depuis Lenox et Katie est étonnée de voir à quel point il est gentil avec elle. Mais ce que Katie ne sait pas, c’est que cette rencontre n’est en rien due au hasard. Wells connait toutes les grandes comédies romantiques par cœur et il a de grands projets pour lui et Katie. Mais Wells n’est pas Tom Hanks ou Hugh Grant et la vie n’est pas un film. Et quand les choses ne se passent pas comme Wells l’avait imaginé, il est capable de tout, vraiment de tout.

Harcelée (2007), récemment paru aux éditions Rivages/Noir, contient tous les thèmes chers à l’œuvre de Jason Starr. Comme toujours dans les polars de Starr, l’action se déroule à New-York. Starr est véritablement l’écrivain du New-York de l’après 11 septembre. Grâce à lui, la grosse pomme n’est pas qu’une ville magnifique pour touristes français ébahis de marcher dans des rues si silencieuses, propres et sécurisées. En faisant craquer son vernis, Starr réussit à rendre de nouveau New-York dangereuse et menaçante. Comme dans tous les autres romans de Starr, les personnages de Harcelée ne sont pas des truands mais des gens comme tout le monde qui basculent dans la violence une fois qu’un engrenage malsain s’est enclenché. Starr est très fort pour brosser des portraits de ratés et dans Harcelée, tous les personnages en prennent pour leur grade. Il y a tout d’abord Andy, le petit ami de Katie. Andy est un étudiant frustré qui a appris la sexualité grâce à des films pornos. La description de la vie en collocation d’Andy est apocalyptique et Starr s’en donne à cœur joie en décrivant la crasse dans laquelle ces jeunes males en ruts vivent. Le portrait de Katie n’est pas tellement mieux. Sa naïveté est tout simplement insupportable et fait d’elle une victime idéale. Starr nous peint une jeune fille frigide, incapable de jouir et qui couche pour coucher. Après un rapport laborieux avec Andy, où comme d’habitude elle a plus subi que joui, Katie pense qu’elle a peut être été violée sans avoir la moindre idée de ce qu’est véritablement un viol. Le sommet du livre est bien évidemment Peter Wells. Psychopathe parfait et sûr de lui, Wells s’imagine avoir une classe folle alors que Starr nous montre la pauvreté de son imaginaire et les tristes clichés dans lesquels il patauge. D’ailleurs, lui aussi a d’énormes problèmes sexuels et au final, Harcelée est le roman d’une société américaine malade qui n’arrive pas à s’épanouir.

Harcelée est le livre d’un écrivain en pleine possession de ses moyens. En effet, depuis La ville piège (2004), Jason Starr a vraiment affiné son écriture. Les dialogues de ses livres sont de plus en plus drôles et savoureux et mettent en lumière la ringardise des personnages de l’écrivain. Harcelée confirme que Jason Starr n’hésite plus à pousser ses intrigues jusqu’au bout, quitte à être vraiment cru et sordide. Tous ces ingrédients font que Harcelée se lit d’une traite et que le lecteur a du mal à contenir son plaisir en tournant les pages de plus en plus vite. En refermant ce livre, on est soulagé que le cauchemar pour Katie soit enfin terminé. Mais après avoir vécu tant de frayeurs avec Katie, Peter, Andy et l’inspecteur Himoto, on souhaite qu’un jour les personnages de Harcelée prennent vie sur un grand écran.

Jason Starr chez Rivages/Noir :
  • Mauvais Karma
  • La ville piège
  • Frères de Brooklyn
  • Loser
  • Harcelée
Publicités