Midnight in Paris, ou comment Woody endort la ville

Lorsque l’on voit la gueule déconfite de Woody Allen sous le soleil de Californie dans l’excellent Annie Hall, on comprend que notre binoclard vit mal le fait de quitter New-York. D’ailleurs, n’a-t-il pas réalisé l’un des plus beaux cris d’amour pour cette ville avec Manhattan ? Woody semble définitivement marié avec New-York mais depuis 2005, il prend un étrange plaisir à tromper sa ville de prédilection avec des capitales européennes. Match Point a été un heureux adultère avec Londres. Ses sauteries anglaises suivantes avec Scoop et Le rêve de Cassandre ont été bien moins jouissives. Puis Woody a trainé sa caméra du côté de Barcelone pour revenir à Londres et enfin la poser dans notre capitale pour réaliser Midnight in Paris avec Owen Wilson.

De tout temps, Paris a toujours attiré les artistes américains et Woody Allen, que certains qualifient comme le plus européen des réalisateurs américains, se fond dans notre capitale pour son dernier film. Dès le début de Midnight in Paris, on comprend que la vision américaine de Woody Allen sur la plus belle ville du monde n’a malheureusement rien d’original. Le générique du film est une succession de plans vus et revus de Paris. En voyant ses images, qu’un air de jazz peine à faire swinguer, on a la triste impression de se trouver devant un étalage de cartes postales fadasses que l’on aurait honte d’envoyer à des amis.

Après cette laborieuse entrée en matière, on découvre un jeune couple d’américains préparant leur mariage. On sent poindre un désaccord entre eux puisque lui (Owen Wilson), scénariste hollywoodien frustré de ne pas être un écrivain, rêve de s’installer à Paris pour écrire son œuvre alors que sa future épouse (Rachel McAdams), accompagnée de ses parents, trouve ce projet totalement farfelu. Ce jeune couple en rencontre un autre dont le mari est une soi-disant sommité de culture. Owen Wilson, singeant admirablement le Woody Allen des années 70, ne supporte plus cet hurluberlu pédant que même sa future femme encense. Il trouve alors tous les prétextes pour prendre la poudre d’escampette et en profite pour aller se balader la nuit dans les rues de Paris. Un soir, il monte dans une vieille voiture et se retrouve catapulté dans le Paris qu’il fantasme, celui des années 20, aux cotés de ses idoles : Cole Porter, Ernest Hemingway, Scott et Zelda Fitzgerald, Picasso et tant d’autres.

Le coup du héros catapulté dans une autre dimension, Woody Allen nous l’avait déjà fait avec un immense talent dans La Rose pourpre du CaireMia Farrow traversait l’écran d’une salle de cinéma pour se retrouver dans le film qu’elle était en train de voir. Mais si la sauce prenait dans ce film, elle ne prend définitivement pas dans Midnight in Paris. En effet, au lieu de donner un nouvel éclairage sur le couple Fitzgerald, Allen se contente de recracher sans saveur tous les clichés que l’on colporte à leurs sujets depuis des lustres. Le personnage d’Hemingway est juste caricatural et les dialogues, surement écris à la va-vite, sonnent faux et frôlent le grotesque. Oui, bizarrement, ce film ne nous fait pas travailler les zygomatiques. Toutes les situations sont déjà vues et prévisibles comme si, à 75 ans, Woody Allen commençait à furieusement radoter. La magie de Paris a pourtant eut un impact merveilleux sur d’autres réalisateurs américains comme Vincente Minnelli ou John Huston mais Allen est incapable de faire vivre, de sentir et de filmer Paris. Woody Allen s’empêtre donc à nous proposer juste une succession de personnages sans saveur, joués par des acteurs trop contents de se retrouver dans un film du grand réalisateur et qui ne s’aperçoivent pas qu’ils pataugent dans un navet. Défilent ainsi dans ce Paris mort Gad Elmaleh, Léa Seydoux, Marion Cotillard ou encore Carla Bruni dont les apparitions n’apportent rien à cette intrigue cousue de fils blancs et où la magie n’opère jamais.

Heureusement qu’il nous restera donc toujours les livres de Scott Fitzgerald, d’Hemingway ou de Dos Passos et tant d’autres témoignages pour nous faire replonger avec talent dans ces affolantes et tumultueuses années que Woody Allen s’est contenté d’effleurer comme un vulgaire touriste. Avec un film aussi plat et en repensant aux chefs d’œuvres dont il a été capable, Woody Allen nous montre que même concernant son œuvre, c’était aussi mieux avant.

Publicités

8 réponses à “Midnight in Paris, ou comment Woody endort la ville

  1. Critique très pertinente ! Pour ma part, ça fait bien longtemps que je considère Woody Allen comme un enfileur de clichés. Vicky Christina Barcelona était déjà plein de clichés risibles sur les Espagnols ! Woody s’endort sur ses lauriers d’antan, et à force de l’encenser sans raison, on va finir par en faire une belle imposture .

  2. Pingback: Midnight in Paris… ou Woody dans un sale état | le-chat-masqué

  3. J’avais très peur d’y aller, ça me conforte dans mon idée… Son précédent film m’avait déjà donné de l’urticaire alors là je passe mon tour…
    Que quelqu’un finance Woody pour qu’il puisse à nouveau tourner à NY!!!

    • Merci pour ce commentaire et j’aurai du passer mon tour aussi ce coup là. Souhaitons que Woody fasse son prochain film chez lui pour ses 77 ans, histoire de lui laisser le temps de n’avoir plus l’age de lire Tintin et d’etre d’attaque pour écrire un bon scénario!

  4. Je n’aurais pas dit mieux !

  5. Je suis entièrement d’accord avec ton article !

  6. Magnifique!! 😉

    g copié votre article en mentionnant votre blog

  7. Woody Allen ne me passione plus depuis au moins 20 ans! (Husbands and Wives accumulait les clichés et versait déjà dans l’auto-plagiat).
    Son dernier grand film restera pour ma part Shadows and Fog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s